Gouvernance

Vu ailleurs

L’innovation au sein du conseil : une question de diversité

Les indicateurs de performance du conseil d’administration prennent rarement en compte l’innovation – peut-être en raison de la difficulté à quantifier cette donnée. Il s’agit pourtant d’un facteur décisif de compétitivité. Mais comment la favoriser ?

Pour alimenter sa réflexion, le think tank Confiance et Gouvernance s’appuie sur des analyses et des travaux de recherche sélectionnés parmi de nombreuses sources référentes. Le think tank vous restitue ici les propos d’un article initialement publié par The Globe and Mail

A l’heure où une application mobile créée par un adolescent dans son garage est susceptible de bouleverser une industrie entière, il ne faut pas sous-estimer la rapidité et l’impact des changements à l’œuvre sur les marchés. Dans ce contexte, l’innovation doit impérativement être intégrée dans les problématiques traitées par le board, pour permettre aux entreprises de s’adapter aux turbulences d’une économie en rupture, et ainsi assurer leur survie. 

Favoriser la diversité des administrateurs est l’un des moyens de soutenir l’innovation. Cette diversité doit bien sûr porter sur leur âge, leur genre et leurs origines, mais aussi sur leur capacité à penser de façon agile et disruptive.  

Innovation, diversité, gouvernance : trois concepts intimement liés 

Pour Rahul K. Bhardwaj, Président et CEO de l’Institut canadien des administrateurs de société, plus les entreprises miseront sur la diversité, plus elles réussiront à attirer les talents les plus brillants, et amélioreront donc leur capacité d’innovation et leurs performances. 

Rahul K. Bhardwaj est catégorique :  

« Si votre board actuel ressemble à celui que vous aviez il y a 10 ans, vous avez un problème. »  

Pour se préparer à relever les défis à venir, les bonnes personnes doivent être présentes autour de la table. Est-ce déjà le cas ? Pas vraiment, selon Rahul K. Bhardwaj, qui rappelle qu’en septembre 2016, la Commission des valeurs immobilières de l’Ontario (CVMO) indiquait que seuls 21% des émetteurs avaient adopté une politique de diversité au sein de leur board. Sur le plan de la parité par exemple, seuls 12% des sièges étaient occupés par des femmes. 

Processus d’évaluation 

Certaines entreprises ont pourtant fait le choix de la diversité, en mettant notamment en œuvre des processus d’évaluation rigoureux et des politiques de parité réalistes, avec des calendriers précis. Pour Rahul K. Bhardwaj, plutôt que de simplement s’inscrire dans une logique de conformité réglementaire, cette responsabilisation doit être exploitée comme un véritable avantage concurrentiel. 

Ajouter un commentaire

Pour suivre la discussion

Retrouvez chaque mois, les rencontres et les réflexions qui animent le débat de l’équation de la confiance.