Gouvernance

Vu ailleurs

De quelle façon les capital-investisseurs agissent-ils pour les entreprises qu’ils achètent ?

Le secteur du capital-investissement a connu une forte croissance ces dernières années. Une étude citée par la Harvard Business Review s’intéresse à la stratégie des capital-investisseurs, notamment en termes de création de valeur.

Pour alimenter sa réflexion, le think tank Confiance et Gouvernance s’appuie sur des analyses et des travaux de recherche sélectionnés parmi de nombreuses sources référentes. Le think tank vous restitue ici les propos d’un article initialement publié par la Harvard Business Review sur le sujet de la structure de gouvernance des entreprises sous LBO. 

Les fonds de private equity ont régulièrement surperformé les marchés actions au cours des 30 dernières années. Mais comment les gérants de ces fonds sélectionnent-ils les entreprises dans lesquels ils investissent ? Et quelle est leur stratégie lorsqu’ils sont entrés au capital ? 

Création de valeur 

Dans le cadre d’une étude citée par la Harvard Business Review, une équipe de chercheurs a interrogé 79 capital-investisseurs gérant au total plus de 750 milliards de dollars d’actifs. Le questionnaire portait sur leurs pratiques d’évaluation des entreprises, de structure de capital, de gouvernance et de création de valeur.  

D’après cette étude, les investisseurs n’utilisent pas systématiquement les outils dont l’usage est enseigné dans les écoles de commerce, notamment pour déterminer la valorisation des entreprises. La plupart d’entre eux n’ont par exemple pas recours aux méthodes d’évaluation des flux monétaires actualisés (discounted cash flow valuation) ou aux modèles d’évaluation des actifs financiers (capital asset price model). Ils préfèrent s’appuyer sur les taux de rendement internes et sur les multiples de l’entreprise pour évaluer leurs placements.  

Alignement des intérêts 

Lorsqu’ils ont investi dans l’entreprise, les gérants de fonds agissent à la fois sur le plan financier et sur celui de la gouvernance, selon les résultats de l’étude. Ils mettent en place des systèmes d’incitation forts pour s’assurer de l’alignement des intérêts, et n’hésitent pas à remplacer des membres du comité de direction. Au niveau du conseil d’administration, ils cherchent un équilibre entre « insiders », investisseurs issus du private equity et « outsiders ».  

L’étude montre par ailleurs que, pour augmenter la valeur dans l’entreprise, les capital-investisseurs comptent en règle générale sur la croissance et sur des améliorations opérationnelles plutôt que sur une réduction des coûts. 

De quelle façon les capital-investisseurs agissent-ils pour les entreprises qu’ils achètent ?

Ajouter un commentaire

Pour suivre la discussion

Retrouvez chaque semaine, les rencontres et les réflexions qui animent le débat de l’équation de la confiance.