Gouvernance

Pourquoi les entreprises familiales innovent mieux que les autres ?

Les entreprises familiales projettent souvent une image de conservatisme, de prudence face aux risques, voire de stagnation. Mais qu’en est-il vraiment ? Une récente étude fait le tour de la question, et brise de nombreux préjugés.

Pour alimenter sa réflexion, le think tank Confiance et Gouvernance s’appuie sur des analyses et des travaux de recherche sélectionnés parmi de nombreuses sources référentes. Le think tank vous restitue ici les propos d’un article initialement publié par la Harvard Business Review sur le sujet des entreprises familiales et de leur rapport à l’innovation.

Henkel, Walmart ou encore BMW… Les exemples d’entreprises familiales innovantes sont légion. Mais comme le montrent les auteurs d’une étude publiée en janvier 2017 dans le Academy of Management Journal, certains préjugés ont la vie dure. L’image de prudence et de conservatisme véhiculée par ces sociétés est souvent éloignée de la réalité du terrain.

Une innovation maîtrisée

Ainsi, d’après les chercheurs, les entreprises familiales sont parmi les plus innovantes de leurs secteurs respectifs, malgré un budget R&D généralement inférieur à celui des autres sociétés.

Cette plus grande efficacité dans les processus d’innovation s’expliquerait par la proximité des dirigeants avec les équipes, leur connaissance plus fine de l’entreprise et du secteur concerné, mais également par l’attention portée à la pertinence des investissements dans des projets prometteurs.

Des leviers d’action pour favoriser l’innovation

Si certaines entreprises familiales peuvent faire preuve de prudence dans leurs investissements, leurs propriétaires ont la possibilité de s’appuyer sur trois leviers pour tirer parti du potentiel d’innovation :

- Soutenir personnellement les processus d’innovation en s’appuyant sur la force de leurs réseaux personnels, ou en partageant des informations cruciales du secteur avec leurs équipes.

- Capitaliser sur la culture d’entreprise pour favoriser les idées des collaborateurs en instituant des temps où ces derniers sont libres de mener des projets d’amélioration des processus et produits, ou en favorisant des rencontres formelles ou informelles régulières entre le PDG et ses employés.

- Mettre à profit les partenaires de confiance de l’entreprise pour bénéficier constamment de retours extérieurs instructifs et ainsi imaginer des solutions novatrices à mettre en œuvre.

Ajouter un commentaire

Pour suivre la discussion

Retrouvez chaque mois, les rencontres et les réflexions qui animent le débat de l’équation de la confiance.