Responsabilité

L’entreprise, un pilier de la confiance des Français ?

Comment les Français voient-ils leur avenir ? La majorité d’entre eux l’envisagent avec sérénité, selon les résultats du sondage « Les déterminants de la confiance ». Celui-ci suggère par ailleurs que le cadre professionnel serait l’un des principaux facteurs rassurants, avec la santé et la situation financière.

L’optimisme domine pour plus de la moitié des Français    

Qui a dit que les Français voyaient l’avenir en noir ? Ceux-ci sont 6 sur 10 sont à se déclarer confiants lorsqu’ils pensent à leur situation personnelle dans les mois qui viennent selon le sondage « Les déterminants de la confiance » de Deloitte / Opinionway. Les plus pessimistes représenteraient par ailleurs une petite minorité : d’après cette étude, réalisée entre le 2 et le 5 novembre auprès d’un échantillon de 1004 personnes, seulement 9% des Français se disent « pas du tout confiants ». 
Des résultats qui diffèrent toutefois fortement en fonction du profil des répondants. Ainsi, les catégories socioprofessionnelles les plus aisées sont 70% à se dire confiantes, tandis que ce chiffre tombe à 53% chez les inactifs (qui regroupent notamment les retraités, les étudiants et les femmes au foyer). L’âge est également un facteur déterminant : les personnes âgées de 25 à 49 ans sont celles qui ont le plus foi en leur avenir, tandis que les moins de 24 ans et les plus de 50 ans sont plus pessimistes. Une tendance qui peut suggérer une plus forte inquiétude dans les étapes-clé de la vie que sont la recherche d’un premier emploi et la période qui entoure l’arrivée à la retraite. 

Santé et situation professionnelle

Interrogés sur les éléments qui renforcent leur confiance dans leur situation personnelle, les Français citent sans surprise en premier lieu des éléments personnels, à savoir le fait d’être en bonne santé (42%) ainsi que le fait d’être soutenus par leurs proches, et principalement par leur famille (14%). Plus surprenant : on trouve aussi parmi les premières réponses plusieurs facteurs liés à la situation professionnelle, comme le fait d’avoir un emploi (17%) et le fait d’avoir un revenu suffisamment élevé, cité par près d’un Français sur dix. 
Arrivent ensuite le fait d’avoir un patrimoine sur lequel s’appuyer (6%) et d’avoir des projets (4%). Le fait de vivre dans un pays dynamique, d’avoir des diplômes, d’être intégré à un groupe ou une communauté ou encore de vivre dans un pays aux institutions solides, ne sont en revanche cités que par une minorité de répondants. Là encore, des disparités importantes apparaissent en fonction du profil des personnes interrogées : comme on pouvait s’y attendre, la question de la santé est ainsi perçue comme beaucoup plus importante chez les 50 ans et plus que chez les 18-24 ans. A l’inverse, ceux-ci sont les premiers à citer le fait de détenir un diplôme comme facteur de confiance. En revanche, certains facteurs, comme le fait d’avoir un revenu suffisamment élevé, sont perçus comme tout aussi importants par toutes les tranches d’âges et toutes les catégories socioprofessionnelles. Il est intéressant de constater que la situation professionnelle joue donc un rôle central dans la confiance des individus ; surtout dans la mesure où elle influe également sur le critère décisif qu’est la situation financière. Ensemble, ces deux thématiques sont au centre des préoccupations de près d’un tiers des Français interrogés. 

La maladie et la crise économique au cœur des inquiétudes

Les répondants se sont également exprimés sur les principaux éléments qui pèsent sur leur confiance en l’avenir. Là encore, le critère médical est au cœur des préoccupations des Français : le fait de ne pas être en bonne santé est le principal facteur d’inquiétude pour 29% des personnes sondées. Viennent ensuite le fait de vivre dans un pays en crise (17%) et de ne pas avoir d’emploi (16%). Des chiffres qui suggèrent que l’entreprise est vue comme une communauté, un refuge, dans un environnement dégradé. La sphère professionnelle resterait ainsi un rempart contre la défiance, dans un contexte où les Français sont confrontés à des enjeux sur lesquels ils n’ont pas de prise, comme le contexte économique. Mais si l’entreprise est aujourd’hui un important levier de confiance, elle met du temps à se construire, et elle reste fragile, menacée par des facteurs exogènes. La crise économique menace les emplois, et pèse directement sur le niveau de confiance des Français. Cette étude pose ainsi la question du renforcement de ce socle, sur lequel repose la cohésion sociale. Comment favoriser l’accès à l’emploi et le préserver, tout particulièrement chez les jeunes et les seniors ?

 

Cette étude a été réalisée auprès d’un échantillon de 1004 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus, constitué selon la méthode des quotas, au regard des critères de sexe, d’âge, de catégorie socioprofessionnelle, de catégorie d’agglomération et de région de résidence. Les interviews ont été réalisées par questionnaire autoadministré en ligne sur système CAWI (Computer Assisted Web Interview). Les interviews ont été réalisées du 2 au 5 novembre.

Crédits photo : Martin L - Place de la Défense (via Flickr.com / Licence CC BY-NC 2.0

Ajouter un commentaire

Pour suivre la discussion

Retrouvez chaque mois, les rencontres et les réflexions qui animent le débat de l’équation de la confiance.