Responsabilité

La confiance à l’épreuve des faits

L'Equation de la confiance n'est pas résolue. Après plusieurs mois de débats, si nous connaissons désormais les termes qui définissent la confiance entre les acteurs économiques et la société, il est aujourd'hui nécessaire de la confronter à l'épreuve des faits. C'est l'objectif de la nouvelle séquence que nous vous invitons à suivre sur ce site.

Obtenir la confiance est un défi qui oblige l’entreprise à construire une relation transparente et durable avec ses parties prenantes et, plus globalement, à s’évaluer au-delà de ses performances financières.

Les auditeurs et commissaires aux comptes de Deloitte sont animés par une conviction intime : la confiance est moteur de croissance. Ils vivent au quotidien, avec les dirigeants, des évènements qui défient et mettent en question la confiance, dans l’équilibre des intérêts des parties prenantes.  

Au terme d’une année passée à analyser et à comprendre tous les aspects de la construction de la confiance, nous en cernons désormais les mécanismes, les enjeux et les limites. La capacité à susciter et à entretenir la confiance est devenue l’un des principaux facteurs de succès des entreprises au XXIe siècle

La qualité et la force de la confiance accordée ne se ressentent jamais aussi clairement qu’à l’épreuve des faits.

Partant de ce constat, nous souhaitons porter la discussion plus loin, en la confrontant à la réalité des situations vécues. Le quotidien de notre économie et celui des chefs d’entreprises produisent en permanence des expériences et solutions qui nourrissent et orientent la valeur « confiance ».

La qualité et la force de la confiance accordée ne se ressentent jamais aussi clairement qu’à l’épreuve des faits. C’est pourquoi nous vous proposons d’écrire ensemble ce nouveau chapitre de l’Equation de la confiance sous trois prismes complémentaires.

- Responsabilité & gouvernance : Le jeu des responsabilités évolue avec les mutations de la société. L’accélération des cycles d’innovation et les changements croissants de modèles économiques exigent de repenser l’organisation de ces responsabilités. Quelle évolution doit-on donner à la gouvernance pour y parvenir ?

- Equilibre & risques : Toute activité économique demande une part de risque. L’arbitrage entre prudence et audace relève d’un calcul complexe où interviennent de multiples variables. L’appétit au risque doit s’évaluer à l’aune des équilibres nécessaires. En regard de l’accélération des changements, doit-on penser la précaution au détriment de la performance ? 

- Règles ou principes : Les règles sont indispensables, mais ne suffisent plus à encadrer la complexité croissante des échanges économique, elle-même démultipliée par les évolutions technologiques. Comment parvenir à l’équilibre entre un corpus de règles contraignantes et un ensemble de principes responsabilisants ? 

Parlons-en sur equationdelaconfiance.fr
 

Ajouter un commentaire

Pour suivre la discussion

Retrouvez chaque semaine, les rencontres et les réflexions qui animent le débat de l’équation de la confiance.