Gouvernance

Cinq idées pour renforcer la confiance en 2016

Comment renforcer la confiance pour aborder l’année 2016 sereinement ? L’Equation de la Confiance vous propose cinq pistes…

Responsabiliser ses équipes

Motivation accrue, créativité renforcée, meilleure cohésion : le fait d’accorder sa confiance à ses équipes, et de leur montrer, peut déboucher sur des gains bien réels au sein des organisations. Pour Marie Ekeland, spécialiste du capital-risque et fondatrice de Daphni, « les gens sont plus productifs lorsqu’ils ont l’impression que leur action au quotidien va changer le cours des choses ».
Elle donne l’exemple d’une startup de la Silicon Valley où les dirigeants envoient un mail à l’ensemble des salariés de l’entreprise pour présenter les décisions prises à la fin de chaque comité exécutif. « L’entreprise compte plusieurs milliers de salariés et le turnover est très limité. Les gens se sentent responsabilisés, avec un sentiment d’appartenance très fort. Ils savent qu'on leur fait confiance, et ils veulent être au niveau. Lorsque le logo a été choisi par exemple, il a été dévoilé à tous les salariés au mois de février, et il n’y a eu aucune fuite jusqu’à la présentation officielle en juillet. Lorsqu'on entre dans ce type de mécanique vertueuse, on ne peut en retirer que des bénéfices. » 

Jouer le jeu de la transparence

Dans le monde économique actuel, une communication sincère envers ses parties prenantes n’est plus un luxe mais une nécessité vitale pour les entreprises. Une transparence qui doit en premier lieu s’orienter vers les consommateurs : Catherine Barba, spécialiste du retail et fondatrice du PEPS Lab, prône « l’honnêteté en toutes circonstances » envers eux.  Cette communication doit, surtout, s’orchestrer intelligemment pour être efficace. Selon l’étude « Les déterminants de la confiance » de Deloitte Opinionway, le fait de communiquer beaucoup d’informations concernant l’entreprise ne renforce la confiance que pour une personne sur trois à peine. Chez 13% de la population, cette stratégie a même tendance à susciter la méfiance. Mais le fait de communiquer efficacement sur certains points-clé, comme le service après-vente, la traçabilité des produits ou encore les conditions de travail des employés, favorise en revanche ce rapport de confiance. 

Ne pas céder à la défiance 

Malgré un léger repli en fin d’année, le moral des dirigeants français est resté relativement stable fin 2015 selon une enquête Opinionway-Banque Palatine.
Un optimisme relatif qui s’explique notamment par la bonne orientation des prévisions d’activité : près d’un tiers des dirigeants s’attendent à enregistrer un chiffre d’affaires en croissance pour l’année 2015 tandis que seulement 18% envisagent une baisse de leurs ventes. Et pour cause : les indicateurs économiques sont au vert. Les prévisions économiques de l’Insee pour 2016, publiées en décembre 2015, s’inscrivent dans cette tendance. L’Institut table sur une croissance de 1,1% sur l’année : un niveau inédit depuis quatre ans. 

Concilier business, éthique et nouvelles technologies

La transformation numérique, et les nouveaux usages qui l’accompagnent, constituent un véritable enjeu de dynamique économique pour les entreprises aujourd’hui. Les nouveaux marchés qui apparaissent, notamment dans le domaine du big data, sont autant de leviers de croissance potentiels. Une transformation qui implique une optimisation des processus, mais aussi un modèle relationnel fondé sur la confiance. Pour le Cigref (Club informatique des grandes entreprises françaises), il est possible de concilier éthique et big data. Plus encore, selon l’organisation, la donnée personnelle ne constituera un actif valable qu’à la condition que la confiance dans l’économie numérique soit préservée. 

Miser sur la RSE

Bien-être au travail, impact économique et social, management responsable, et surtout environnement, avec les récentes conclusions de la COP 21 : la responsabilité sociale des entreprises recouvre de multiples domaines. Pourtant, peu de dirigeants de PME décident de passer à l’action sur ces enjeux. Si ces derniers identifient la RSE comme une réelle priorité, ils sont nombreux à évoquer un manque de moyens et un manque d’information sur ces sujets.
Une récente étude de France Stratégie montre pourtant un lien réel entre RSE et compétitivité. Selon ce document, elle permettrait un gain de performance de l’ordre de 13% en moyenne pour les entreprises engagées dans ces démarches. 
 

Ajouter un commentaire

Pour suivre la discussion

Retrouvez chaque mois, les rencontres et les réflexions qui animent le débat de l’équation de la confiance.